Rédiger un rapport de sécurité : éléments constitutifs

Rédiger un rapport de sécurité : éléments constitutifs

Un coordinateur de la sécurité est désigné pour les projets de construction impliquant plus d’un entrepreneur. Ceci est requis par la loi et le but de cette législation est de contrôler les risques lors de l’exécution des travaux, afin de prévenir les accidents du travail.

Le coordinateur de la sécurité visite régulièrement le projet de construction et lors de la visite de chantier, les problèmes sont consignés dans un rapport qui est envoyé à toutes les parties concernées.

Les entreprises de construction souhaitant obtenir un label de qualité et de fiabilité (VCA) sont également tenues par la loi de procéder à des inspections de sécurité régulières (par exemple, une fois par mois par chantier), sur la base desquelles des rapports de sécurité sont générés.

Dans notre guide Inspections de sécurité sur le chantier, nous décrivons l’importance et la rentabilité des inspections de sécurité dans le secteur de la construction et fournissons un certain nombre de conseils et astuces pour mieux y remédier.

Dans cet article, nous examinons plus en détail la structure et la présentation d’un rapport de sécurité. Après tout, vous souhaitez que votre rapport de sécurité soit bien lu, et que les mesures nécessaires soient prises.

Composition et structure d’un rapport de sécurité

Ci-dessous, nous présentons les éléments typiques d’un bon rapport de sécurité clairement structuré :

1. En-tête

Les données que vous incluez dans l’en-tête de votre rapport de sécurité sont les suivantes:

  • le logo de votre entreprise
  • le nom de votre entreprise
  • les coordonnées de votre entreprise

2. Titre du rapport

Le titre doit indiquer clairement en quoi consiste le rapport. Par exemple : « Rapport de sécurité n° 5 pour le projet XYZ ».

3. Données du projet

  • le nom du projet ou du client
  • l’adresse du projet de construction
  • la date à laquelle le rapport de sécurité a été préparé
  • et éventuellement une description du projet de construction (par exemple : nouvelle construction ou rénovation)

4. Date et heure de la visite

Indiquez toujours clairement la date et l’heure de votre visite dans votre rapport de sécurité. Cette date est importante pour pouvoir déterminer ultérieurement à quel moment une éventuelle infraction a été commise. Cela peut aussi être important en cas de différend (juridique).

5. Statut du projet

Décrivez l’état actuel du projet de construction, par exemple : travaux de démolition, travaux de toiture, finition intérieure.

Dans l’image ci-dessous, les éléments mentionnés ci-dessus sont clairement repris : logo, en-tête, titre, données du projet, date et heure de la visite, statut du projet.

6. Personnes présentes

Faites une liste des parties impliquées, indiquant les personnes présentes lors de la visite et les destinataires du rapport de sécurité :

7. Observations

Incluez vos observations, commentaires et conseils de sécurité et de santé dans votre rapport. Notez soigneusement les infractions et les omissions. Détaillez vos commentaires avec :

  • une ou plusieurs photos, avec éventuellement un croquis ou un commentaire,
  • une ou plusieurs personnes ou entreprises responsables,
  • une description de la mesure ou de l’action requise et, le cas échéant, un délai

Pour ne rien oublier au moment de votre visite, l’utilisation d’une checklist est une solution idéale pour mener à bien vos inspections de sécurité. Lors d’une inspection de sécurité, ce sont souvent les mêmes points qui font l’objet d’une vérification, à savoir : travail en hauteur, EPI, sécurité incendie, etc. En les incluant dans votre checklist, vous bénéficiez de deux avantages majeurs :

  1. Vous n’oubliez pas de vérifier les choses : sans checklist, le cerveau humain peut facilement oublier des choses. Si vous faites quelque chose en plusieurs étapes, vous risquez d’en oublier une ou deux. Par exemple, vous êtes interrompu par un collègue ou par votre téléphone et vous oubliez ce que vous faisiez. Grâce à une checklist, vous savez exactement ce que vous avez déjà terminé et vous reprenez le fil. Les checklists aident à vider votre RAM mentale (vous n’avez pas à vous rappeler en permanence ce que vous devez vérifier).
  2. En utilisant une checklist, vous pouvez cocher des cases au lieu de les réécrire, encore et encore. Les utilisateurs de notre appli pour les inspections de sécurité vérifient les éléments de leur checklist avec leur téléphone ou leur tablette immédiatement sur chantier. Ils cochent les cases et les marquent comme OK ou NOK , et ils complètent éventuellement leur observation ou remarque avec une photo, un croquis, du texte, une personne responsable … Dès que l’inspection est terminée, le rapport de sécurité (avec observation, photos, logo, numérotation, présence …) est automatiquement généré.

8. Documents

Dans le cadre de la sécurité et de la santé au cours d’un projet de construction, une série de documents doit également être remise au coordinateur de la sécurité ou au conseiller en prévention.

Faites une liste avec tous les documents que les différentes parties doivent vous remettre. Liez une personne responsable et une date limite au type de document.

9. Pied de page

Au bas des pages, vous indiquez le nom du verbalisateur et la numérotation des pages.

Faire vos rapports de sécurité avec une appli : comment ça marche exactement ?

Oubliez les formalités administratives liées à la rédaction de votre rapport de sécurité. Le numérique est la nouvelle norme. Il est temps de sauter le pas.

Une application telle que SafetySnapper vous aide à préparer vos rapports de sécurité de manière simple, professionnelle et efficace.

  • Vérifiez les éléments de votre checklist avec l’application lors de votre visite de sécurité, et ajoutez des photos, du texte, une personne responsable…
  • Dès que vous avez terminé votre visite de sécurité sur chantier, votre rapport de sécurité est complet, détaillé, structuré et numéroté dans un rapport PDF en fonction de vos besoins et votre style (avec votre logo, en-tête, pied de page, type de police…)
  • Envoyez immédiatement votre rapport de sécurité à toutes les parties concernées depuis l’application ou au bureau.

Cette façon de travailler garantit des gains de temps énormes !

Vous pouvez consulter ici un exemple de rapport de sécurité professionnel préparé avec SafetySnapper.

Vous souhaitez tester SafetySnapper ? Essayez-le gratuitement ! Rendez-vous sur notre site Web https://safetysnapper.com/fr/ et lancez votre « Essai Gratuit ». Vous n’avez pas besoin de carte de crédit. Votre période d’essai gratuite vous donne accès à toutes les fonctionnalités. C’est la meilleure méthode pour découvrir à quel point SafetySnapper est convivial, et comment vous gagnerez des heures lors de la rédaction de vos rapports de sécurité !

Nous avons déjà créé un exemple simple de checklist en matière de sécurité. Cette checklist est disponible dans votre compte lorsque vous démarrez un essai gratuit sur SafetySnapper.

Bonne chance pour vos prochaines inspections de sécurité !

Des questions ? support@archisnapper.com

(Visited 505 times, 16 visits today)